Conseil municipal du 18 octobre

Début du conseil municipal

Un conseil municipal assez calme en apparence. Presque uniquement des délibérations d’urbanisme, dont certaines purement techniques.

Mais pour qui regarde bien, ce conseil municipal montre deux choses.

Y a-t-il un pilote dans la commune ?

D’une part il confirme l’incapacité de la majorité municipale à avoir une vision claire de l’avenir de Castanet, qui se prolonge dans son incapacité à gérer correctement. Deux délibérations l’illustrent.

Celle sur la crèche rappelle que les travaux ont été commencés avant d’avoir toutes les autorisations. Résultat : des travaux interrompus, reportés à septembre 2011 (alors qu’ils auraient dû être finis pour cette rentrée) et un budget qui va au moins doubler, voire être multiplié par 6 : excusez du peu.

Celle sur l’îlot Taillan (la rue Jean-Marie Arnaud et la rue du Fort) montre que toute la stratégie d’Arnaud Lafon consiste à vendre les terrains dès que possible, plutôt que de les inclure dans la ZAC centre en cours de réalisation. En effet, les mettre dans la ZAC, c’est empêcher leur vente rapide, mais c’est surtout se donner du temps pour décider comment on veut transformer le centre. Accessoirement, c’est aussi du temps pour consulter les riverains, leur demander leur avis sur les projets de la mairie. Mais ce temps joue contre la nécessité pour Arnaud Lafon de vendre des terrains pour équilibrer les comptes : c’est ça ou augmenter les impôts. Il faut bien rembourser le boulodrome !

Vite, des sous !

D’autre part, ce conseil souligne combien l’obsession de la « valorisation foncière », c’est-à-dire de la vente de terrains pour faire rentrer l’argent dans les caisses, sert aujourd’hui d’unique stratégie à l’équipe d’Arnaud Lafon. Là encore, deux délibérations le montrent encore plus que celle sur l’îlot Taillan.

C’est d’abord la délibération sur le déplacement des terrains de tennis de Plaine Haute à Rabaudy. Evidemment, les associations de tennis vont être contentes, puisque cela va leur faire une surface plus grande, plus grande que le boulodrome même. Mais il aurait été possible de maintenir des terrains à Plaine Haute : cela aurait équilibré la répartition des équipements sportifs à Castanet-Tolosan. Seulement, comme l’a reconnu Arnaud Lafon pendant le conseil municipal, cela n’aurait pas permis cette fameuse « valorisation foncière » : les terrains de Plaine Haute vont être vendus.

Mais le sommet est atteint avec la délibération sur la vente de terrains à la société Oceanis Promotion. Arnaud Lafon veut vendre ces terrains (le domaine de Fages) depuis un bon moment. Et là, le sauveur arrive : Oceanis Promotion. Et ce n’est pas le fait qu’un élu de l’opposition souligne que cette société a été condamnée en 2007 pour des malversations et que son fonds de roulement est faible qui vont arrêter Arnaud Lafon. Il fallait voir ce beau numéro où, la main sur le coeur, Arnaud Lafon a assuré tout le conseil municipal qu’il n’y avait aucune malversation dans ce dossier. Le contraire eût été étonnant (et plus rigolo d’ailleurs). Mais c’est quand même prendre les Castanéens pour des poires que de leur faire croire que jamais la mairie n’avait imaginé qu’Oceanis Promotion avait pu être condamnée. On croirait Arnaud Lagardère disant « Je préfère passer pour un incompétent plutôt que pour un malhonnête ! » Il est plutôt évident que l’obsession de vendre a conduit à accepter un acheteur moins fiable que l’on ne l’aurait voulu.

Bref, derrière l’ambiance polie et feutrée du conseil municipal, c’est encore une fois la preuve de la courte vue d’Arnaud Lafon et de son équipe qui a été faite. Vivement le conseil de novembre pour encore plus de n’importe quoi !

Un commentaire sur “Conseil municipal du 18 octobre”

  1. […] je l’ai indiqué dans mon compte rendu du précédent conseil municipal, la mairie a décidé de construire sur l’îlot Taillan sans prendre le temps de la […]

Laisser une réponse