Conseil municipal du 18 novembre

Le conseil va commencer

Un conseil municipal un peu terne, puisqu’il n’y avait pas de véritable enjeu. Quelques points à noter quand même.

Tout d’abord, une modification du budget destinée à faire un ajustement a mis en évidence que les paiements au SIVURS pour la cantine sont plus élevés que prévus. Arnaud Lafon conteste la somme réclamée par le SIVURS, dont acte. Mais on peut se demander dans quelle mesure cet ajustement, d’un montant de 100.000€ (excusez du peu), pourrait être la conséquence de l’incapacité de la mairie à mettre en oeuvre correctement la carte de vie quotidienne (CVQ).

Ensuite, grande nouvelle : des habitations vont être construites derrière le McDo. Une fois de plus, l’opposition a découvert le projet avec l’ordre du jour du conseil municipal, puisqu’Arnaud Lafon et son adjoint à l’urbanisme Guy Rieunau n’ont pas jugé nécessaire d’aborder le sujet en commission urbanisme. On se demande pourquoi cette commission existe.
Du coup, l’opposition (la verte Marie-Régine Bardoux, et la socialiste Cécile Payan) a posé beaucoup de questions sur le projet, et particulièrement sur le promoteur retenu. Les réponses n’ont pas été très rassurantes. Guy Rieunau a commencé par bafouiller des explications sur le choix du promoteur qui donnaient l’impression qu’il avait été choisi pour le consoler de n’avoir pas eu le bassin d’orage ! Il a fallu qu’Arnaud Lafon réponde pour qu’enfin on y voit un peu plus clair. Le point important à retenir est que le maire ne sait pas si les constructions seront des placements de défiscalisation (par exemple du Borloo) ou pas, mais il pense que ce sera le cas. On peut se demander comment cela s’articulera avec la construction de logements sociaux…

Bref, ce conseil municipal a continué à confirmer que la majorité ne prend même plus soin de faire semblant de se concerter avec l’opposition, et que trop d’ajoints au maire sont incapables de comprendre quoi que ce soit aux dossiers qui leur sont confiés. 2014 n’en semble que plus loin !

Laisser une réponse