L’Office de la tranquillité, pour renouer le dialogue

Fonctionnement de l'office de la tranquillité (source : ville de Toulouse)

Fonctionnement de l'office de la tranquillité (source : ville de Toulouse)

Ce soir, le journal télévisé de 20h de France 2 consacrait un sujet de 5 minutes à l’Office de la tranquillité de Toulouse.

Je vous conseille de regarder ce reportage, à partir de 14’39 dans le journal. Cette initiative de l’équipe municipale de Pierre Cohen est remarquable. Dans nos villes où les rapports entre voisins se durcissent, où les petits conflits virent rapidement au judiciaire, à l’appel aux forces de l’ordre pour intervenir, Pierre Cohen a fait le choix de remettre du dialogue entre ceux qui ne se parlent plus. Les agents de l’Office ne sont pas des représentants des forces de l’ordre : ils sont des médiateurs entre deux personnes qui ne savent plus, ne veulent plus se parler. L’exemple choisi est d’ailleurs étonnant : la solution de compromis dégagée (baisser le son de la chaîne de moitié) aurait pu être trouvée facilement par les deux voisines.

Il est désolant de voir que des voisins en arrivent à des niveaux d’affrontement tels que le dialogue direct semble totalement rompu. Mais il est rassurant de voir qu’il est encore possible de trouver des solutions sans passer par la justice ou la police. Une ville qui favorise le dialogue entre voisins n’est-elle pas plus souhaitable qu’une ville qui laisse aux avocats et aux forces de l’ordre la responsabilité de ce « dialogue » ?

Un commentaire sur “L’Office de la tranquillité, pour renouer le dialogue”

  1. Irokoa dit :

    Stop aux nuisances nocturnes à Toulouse !

    Vous habitez les quartiers Capitole, Saint-Pierre, Bourse, Daurade et quartiers avoisinants du centre ville de Toulouse ?

    Vous êtes régulièrement dérangé dans votre sommeil par des conversations interminables, des cris et hurlements, provenant de la rue ?

    Si vous aussi, vous trouvez que la situation devient invivable – mais non pas une fatalité – joignez-vous à nous en signant cette pétition en ligne : http://chn.ge/1kJxUDn

Laisser une réponse