Municipales : « Si je me décide, j’en réserverai l’annonce aux militants »

Article paru ce vendredi 2 août dans La Dépêche (source : http://www.ladepeche.fr/article/2013/08/02/1682944-castanet-tolosan-municipales-patrick-prodhon-pret-lancer-bataille.html)

Castanet-Tolosan. Municipales : Patrick Prodhon prêt à se lancer dans la bataille

Patrick Prodhon pourrait contester à Marc Tondriaux le droit de s'opposer à Arnaud Lafon, comme l'avait fait, sans succès, Cécile Payan, en 2008.

Patrick Prodhon pourrait contester à Marc Tondriaux le droit de s’opposer à Arnaud Lafon, comme l’avait fait, sans succès, Cécile Payan, en 2008.

Tandis que le maire Arnaud Lafon attend le moment opportun pour déclarer sa candidature, au Parti socialiste, l’heure est à la préparation de primaires qui débuteront officiellement le 9 septembre pour s’achever le 20. Marc Tondriaux, secrétaire de la section, est l’un des logiques candidats après le retrait de Cécile Payan. Mais deux autres noms circulent : celui d’Hélène Rouch, présidente de la FCPE 31 (fédération des comités de parents d’élèves) et celui de Patrick Prodhon, directeur de projet informatique au ministère de l’Agriculture, à Auzeville-Tolosane.
Celui-ci ne dément pas et explique sa position.

Patrick Prodhon, êtes-vous candidat aux primaires du PS pour les municipales ?

À ce jour rien n’est définitif, ni arrêté. il est d’abord nécessaire de faire une analyse politique de la situation à Castanet. De savoir ce que les Castanéens attendent et qui est celui qui a le profil correspondant le mieux à la situation. Voir aussi celui ou celle qui rassemble le plus au-delà de la section du PS. Si je me décide, j’en réserverai l’annonce aux militants.

Cécile Payan a annoncé qu’elle ne présentait pas et quelle soutiendrait Marc Tondriaux. Qu’en pensez-vous ?

C’est sa liberté de choix. Au sein de la section, tout le monde n’est pas d’accord. Ce sont les adhérents qui décideront.

Qu’est-ce qui peut vous pousser à vous présenter ?

Je pense pouvoir incarner une volonté de renouvellement. Marc Tondriaux et moi n’avons pas du tout le même profil. Je suis arrivé en 2008, après les élections, il est là depuis longtemps.

Si c’est lui qui est choisi, serez-vous prêt à le soutenir ?

Nous n’en sommes pas encore là. Mais il est évident que le Parti socialiste n’a aucun intérêt à se diviser comme lors des deux élections précédentes. Il faudra oublier les divergences du passé, pour pouvoir gagner la bataille.

Le PS va-t-il proposer à ses alliés de gauche de faire liste commune ?

Notre volonté est de faire l’unité. Si nous pouvons trouver un accord avec le Parti de gauche, le Parti communiste, les Radicaux de gauche et les Verts, nous serons plus forts. Mais pour l’instant, ces partis souhaitent attendre.
C’est une question de temps. Il n’y aura pas de négociation à gauche avant septembre.

Êtes-vous en vacances ou déjà en précampagne ?

Mes vacances sont terminées.

Laisser une réponse